Accueil

Fouilles de la Place Royale

Accueil

 

L’a.s.b.l. Société Royale d'Archéologie de Bruxelles (SRAB), fondée en 1887, consacre ses recherches, en ordre principal, à l'étude de l'archéologie, de l'histoire et de l'art dans la région de Bruxelles.
Nous vous convions à découvrir dans ce site un aperçu de notre travail : publications d'articles spécialisés dans nos Annales et fouilles archéologiques récentes ou même en cours actuellement en Région de Bruxelles-Capitale.

 


Actualités


Conférences


Mardi  13 décembre 2022 à 18H30, à la salle du Grand Serment Royal et de Saint Georges des Arbalétriers de Bruxelles (7-9 Place Royale, à 1000 Bruxelles), conférence de Didier Martens (Professeur à l’ULB)

« L'image miraculeuse de Ligny-en-Barrois. L’aventure singulière d’un Primitif flamand en Lorraine. ».


Depuis 1790, l’église paroissiale de Ligny-en-Barrois en Lorraine (dépt de la Meuse) conserve une représentation à mi-corps de la Vierge Marie, peinte sur toile. L’image, dénommée Notre-Dame desVertus, se trouvait auparavant en la collégiale Saint-Epvre, rasée à la Révolution. Elle présente une composition symétrique, s’inscrivant dans un triangle. La Mère de Dieu est flanquée de deux anges musiciens, un luthiste et un flûtiste. Elle tient dans les bras son Fils nu, vers lequel elle incline pensivement un visage souriant. Un encadrement floral, délimité par des branchettes, enserre la représentation. L’effigie, qui mesure un peu moins de 35 cm en hauteur pour 30 en largeur, ne constitue pas, de prime abord, un objet spectaculaire. Elle n’était manifestement pas destinée à être offerte à la contemplation collective au fond d’une chapelle profonde, comme c’est le cas depuis le XIXe siècle. Conçue pour servir de support à la piété personnelle, sur le modèle d’une page de livre de prières enluminé, elle peine à s’imposer durablement au regard dans un environnement monumental, en dépit d’une mise en scène qui vise à concentrer sur elle l’attention des dévots. Cette mise en scène reflète le statut particulier reconnu à la toile. Depuis au moins quatre siècles, elle suscite en effet, dans la cité barroise, une dévotion particulière, en raison des guérisons et prodiges qui lui ont été attribués. Il est vrai que, depuis le XVIIe siècle, on prétend reconnaître dans l’œuvre la main de saint Luc, le peintre évangéliste. Or, il s’agit en réalité d’une production brabançonne, remontant au début du XVIe siècle. Elle relève clairement de la tradition des Primitifs flamands. Comment et pourquoi est-elle devenue le seul « Primitif flamand » à avoir jamais été attribué à saint Luc. C’est à cette question que le conférencier essayera de répondre. 


Visites, excursions...


Le mardi 29 novembre à 10 h 30, visite guidée de l'exposition « Alexandrie : futurs antérieurs » au Palais des Beaux-Arts/Bozar, rue Ravenstein 23 à 1000 Bruxelles.

Alexandrie, ville antique fondée au - IVe siècle, fait l'objet d'une interrogation qui vise à en éclairer l'histoire, la vie quotidienne des habitants, la pensée et le rayonnement culturel au travers de ses vestiges.
Deux axes principaux, la recherche archéologique et l'Art contemporain forment le fil rouge de l'exposition initiée par le Musée royal de Mariemont, au départ de 200 oeuvres issues des plusieurs musées européens.
Rendez-vous dans le grand hall à l'entrée du Palais des Beaux-Arts / Bozar à 10 h 10. Début de la visite à 10 h 30. Durée de la visite : 1 h 30. Prière de s’inscrire par téléphone au 02/650 24 97 ou par mail à secretariat@srab.be au plus tard le lundi 7 novembre 2022. Prix de la visite : 18 €. Paiement par virement bancaire souhaité sur le compte BE24 0000 0265 1938 avec la mention «Visite Alexandrie».

Le mardi 20 décembre 2022, à 10 h 30, visite de l’Hôtel Hannon, Avenue de la Jonction 1 à 1060 Bruxelles.


Construit en 1902 pour l’ingénieur Edouard Hannon, cet hôtel fut sauvé de la destruction dans les années 1980. Chef d’œuvre de l’architecte Jules Brunfaut, il se caractérise par un décor abondant et une architecture Art nouveau qui sont remarquables. Aujourd’hui, ce bijou de l’architecture bruxelloise est l’objet de tous les soins de la part des restaurateurs. L’hôtel nous ouvrira ses portes le temps d’une visite lors de laquelle nous pourrons découvrir ses espaces en cours de rénovation.
Rendez-vous Avenue de la Jonction 1, 1060 Bruxelles à 10 h 15. Début de la visite à 10 h 30. Durée de la visite : 1 h environ. Prière de s’inscrire par téléphone au 02/650 24 97 ou par mail à nscarpitta@srab.brussels au plus tard le mardi 6 décembre 2022. Visite gratuite.

Le jeudi 22 décembre 2022, à 11 h 15, visite guidée de l’exposition

« Albâtre » au Musée M à Louvain (Leopold Vanderkelenstraat 28 à 3000 Leuven).
L’albâtre du XIV e au XVII e siècle est présenté dans l’exposition au travers d’objets issus du Musée du Louvre et d’œuvres d’institutions locales placées en dialogue avec des sculptures en albâtre contemporaines. Le matériau, les techniques d’exécution et des sculpteurs de renom seront mis à l’honneur dans cette exposition riche de 130 œuvres. Rendez-vous à la sortie de la gare de Louvain, Martelarenplein à 10 h 30/10 h 35.
Sinon, rendez-vous au Musée M à 11 h. Début de la visite : 11 h 15. Durée de la visite : 1 h 30. Prière de s’inscrire par téléphone au 02/650 24 97 ou par mail à nscarpitta@srab.brussels au plus tard le mardi 6 décembre 2022. Prix de la visite : 20 € (comprenant l’entrée au Musée et la visite guidée à l’exposition) Paiement par virement bancaire souhaité sur le compte BE24 0000 0265 1938 avec la mention « Visite Albâtre ».



Publications

 

TOME 77 (2021)
Dans le cadre de la préparation des grandes expositions monographiques organisées ces vingt dernières années à Berlin, Francfort, Louvain et Madrid, l’œuvre autographe de Rogier van der Weyden (1399/1400-1464) a donné lieu à des investigations ambitieuses, s’appuyant aussi bien sur l’imagerie scientifique que sur les analyses de laboratoire. Des résultats nouveaux ont émergé, ébranlant maintes fois d’anciennes certitudes. Cependant, le contexte historique dans lequel s’est déroulée la carrière de l’artiste bruxellois, originaire de Tournai, demeure méconnu. Si de nombreuses pièces d’archives ont déjà été publiées, il convient, à chaque génération, de les relire, de les réexaminer à la lumière des progrès de la discipline, pour reconstituer ce contexte. Plus encore, l’histoire de la réception dont a fait l’objet la production de l’artiste, aussi bien les peintures qui nous sont parvenues que celles qui ne sont connues que par des sources secondaires, est encore à écrire, en particulier pour les Temps modernes et pour l’époque contemporaine. Cette réception, qui englobe aussi bien les interprétations écrites suscitées par les œuvres de Rogier que des copies, des paraphrases ou des adaptations peintes, constitue un champ de recherche particulièrement riche. En le parcourant et le reparcourant, l’historien d’art découvre le potentiel esthétique apparemment inépuisable des formules élaborées par le maître, un potentiel qui n’a cessé de se déployer au cours du temps, jusqu’à aujourd’hui.
C’est dans la pleine conscience de l’intérêt intrinsèque que présente, pour l’étude de Van der Weyden, la prise en compte du contexte et de la réception que la Société royale d’Archéologie de Bruxelles a décidé de réunir, sous le titre Rogier van der Weyden. Contexte et réception, une série de neuf études inédites. Elles visent à combler autant de lacunes dans la recherche sur cet artiste protéiforme.

 Achat du volume

TOME 76 (2020)

Alain DIERKENS, Claire Dickstein-Bernard (6 octobre 1933 – 22 mai 2020). Évocation biographique , suivie de la Bibliographie de ses travaux, p. 9-30.
David GUILARDIAN & David KUSMAN, De la Ville, du Social et de la Santé : l’héritage scientifique de Claire Dickstein  
Alexandre DIMOV, Éléments de la technique de portraitiste de Gaspar de Crayer Sébastien Leroy. 
Jean Marie PLUMER, L'Autel des reliques de Sainte-Gudule à Bruxelles, ses reliques et ses reliquaires (1652-1793) 
Sébastien LEROY, Le personnel médical de la Cour de Bruxelles sous le gouvernorat de Charles de Lorraine (1741-1780) 
Didier MARTENS, Alexandre DIMOV et Noémie PETIT, Un collage néogothique attribuable à François-Joseph Coppejans (1867-1947) et l’image du Christ féminin, de sainte Libérata à Félicien Rops 
Noémie PETIT, La collégiale Saints-Pierre-et-Guidon d’Anderlecht à la fin du XIXe siècle : ‘ dé-baroquisation ’, retables néogothiques et essor du culte de saint Joseph 

 Plus d'informations

Sorti de presse au mois de mai 2019, le tome 75 (2018-2019) des Annales de la SRAB est entièrement consacré à des sujets bruxellois qui ont été choisis en veillant à l’équilibre des thématiques : l’archéologie, l’histoire de l’art et l’histoire.
- Le volet archéologique est constitué du rapport des fouilles opérées au pied de la tour de l’Hôtel de Ville de Bruxelles en 1993 et s’inscrit dans la continuité du colloque « L’Hôtel de Ville. Bilan de trois années d’études du bâti » qui s’était tenu en avril 2018.
- Michel Fourny - qui avait procédé au sondage archéologique sous la direction de Pierre Bonenfant - introduit le sujet : Les fondations de la tour de l’Hôtel de Ville de Bruxelles examinées dans leur contexte stratigraphique et environnemental.
- Michel Fourny et Sophie Challe posent ensuite les jalons de la chronologie des dépôts meubles du site (de la fin du XIIe siècle à la fin du XIIIe siècle) par l’analyse des Céramiques médiévales mises au jour sur la Grand-Place de Bruxelles.
- Pierre Anagnostopoulos étudie quelques Pierres taillées et sculptées mises au jour dans le sondage archéologique. Pour la plupart, celles-ci proviennent vraisemblablement du bâtiment de l’Hôtel de Ville. Elles avaient été rebutées lors de restaurations importantes qui avaient été entreprises au XIXe siècle. Des dorures sont conservées.
- Jean Heim présente Une destination du site de la Grand-Place de Bruxelles au XIIIe siècle révélée par la palynologie. Les espèces de plantes identifiées à partir des pollens fossiles désigneraient un marché au fourrage.
- Aucune synthèse récente n’existait à propos de l’ancien Palais Nassau à Bruxelles. Marie Grappasonni s’y est attelée au sein de l’Association du Patrimoine artistique qui a entrepris l’étude systématique des anciennes demeures nobiliaires au XVIe siècle. C’est une enquête sur une oeuvre de Hugo van der Goes, « Saint Luc peignant la Vierge », qui introduit ces Nouvelles considérations sur l’ancien Palais Nassau à Bruxelles.
- Pedro Trascasas Fueyo publie la synthèse de son mémoire de Master en Histoire en révélant les résultats d’une Enquête sur les abus et les fraudes au mont-de-piété de Bruxelles au XVIIIe siècle.

 Plus d'informations

"Coudenberg. Le palais disparu" Les fouilles de la Société sont mises à l'honneur dans la revue Archéologia, n° 525, octobre 2014.

 Plus d'informations

Il nous est très agréable de vous présenter le beau livre Le palais du Coudenberg à Bruxelles, édité par l’asbl Palais de Charles Quint en collaboration avec la Ville de Bruxelles et la Région de Bruxelles-Capitale et qui est disponible à la vente depuis janvier 2014. Ce nouvel ouvrage de référence incontournable fait largement écho des fouilles que la SRAB a menées sur le site du Coudenberg entre 1995 et 2006, sans pour autant négliger les nouvelles recherches historiques et dans le domaine de l’histoire de l’art. Pas moins de onze membres très actifs de notre société sont crédités parmi un collectif de vingt-six auteurs.

 Plus d'informations - français
 Plus d'informations - néerlandais

 


Devenir membre de la SRAB
Contactez-nous


 

Le Comité de réalisation de ce site est composé de :

Avec la collaboration d'Anne Buyle et Didier Martens

Site réalisé en collaboration avec le CReA-Patrimoine (ULB) et avec le soutien de l'Échevinat de la Culture de la Ville de Bruxelles de la Commission Communautaire Française et de la Région de Bruxelles-Capitale.